Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le baiser

Le Baiser

Matin d'avril, sur la canopée de zinc, le jour se lève

Battent, fébriles, les premiers pas qui frappent la fin de la trêve

Un rayon caresse la ville, sèche sa mélancolie nocturne

Sur les pavés encore humides,déambulent, semblables figurants, pantomime taciturne

Une douce odeur de pain chaud exhale derrière ces vitres embuées, madeleine de Proust, quand tu nous tiens

Quelques cuillères affolées exécutent, dans leurs tasses tintinnabulantes, leur ballet quotidien

Et ces personnes qui s'en vont parcourir les unes et relever les premières les mots couchés la veille

Sous les pavés,peu de sable pour troubler les rouages de cette machine qui s'éveille

Dans les métros, vont, viennent, fourmillent, se croisent, valse de Vienne, de modernes Charlots en transe

Quand en moi résonnent du Trénet, du Montand, une envie de bicyclette,

Puis cet air de Constantin portant le jeune Doinel me donnant soif de liberté, Que me poussent des ailes

Alors, enfourchant une monture fortuite, cette condition d'infortune je quitte

M'accordant une pause, un souffle, une errance,

Pour embrasser à la Doisneau, avec tendresse, une ville de France.

JPRL

Partager cet article

Repost 0